Kitchen Shows #1: de l’ombre

DDHstudio inaugure les Kitchen Shows, expositions en appartement avec un premier rendez-vous :

Flux (Flow): films de Stan Souglas et Kahlil Joseph

Une jam-session d’un groupe fictif de jazz-funk à The Church (célèbre studio d’enregistrement des Columbia Records sur 30th street à New York, actif dans les années 1970). Une boucle de 6h, groove sans fin.
Un portrait des communautés afro-américaines aujourd’hui, dans la ville de Compton, une banlieue de Los Angeles. En plans décalés sur un split screen.

Everyday Abstraction: Images at Work [exposition, 2017]

Essai Par la fenêtre l’abstraction (vf) pour le catalogue  +  Catalogue complet (engl.version)

Everyday Abstraction 1: Images at work (peintures, photographies, films) explore les espaces mouvants de la représentation et souligne le rapport de l’abstraction au réel. En mai 2017, Espace Saint-Claude, Paris.

Avec: Dan Browne, Josephine Halvorson, Franz Ackermann, Dennis Loesch, Scott Hammen, Hannah Whitaker, Jacques Perconte, (…).

après Artists who make “pieces”

Au premier coup d’œil, Artists who make “pieces” de 1976 de l’artiste de Los Angeles Ed Ruscha se compose d’une phrase sur une surface neutre. D’une phrase qui se découpe sur un fond coloré dans des tons rose orangé. D’une phrase réalisée dans une police de caractère basique (Sans serif) à l’aide d’un pochoir en film acétate. Ce dessin est une phrase solide, claire dans la couleur vaporeuse, nuancée.

Pure essence (a poem to Quentin Tarantino)

Aux abords de villes américaines au milieu de nulle part des voitures des bars des nuits tièdes

Soleil noir. La Grande Bellezza, de Paolo Sorrentino

I was looking at the ceiling and then I saw the sky
John Adams

e, f, Fukushima, de Natacha Nisic

e et f sont deux films tournés dans le nord du Japon entre 2009 et 2013.

3 films solaires (3e partie): Instants volés

C’était l’heure des métamorphoses,
et l’atmosphère se chargeait peu à peu d’une légère exaltation
F.Scott Fitzgerald, The Great Gatsby

Pour Daisy, Gatsby a construit un empire avec la patience et l’obstination d’une araignée qui tisse sa toile. Mais la magnificence et le faste chez ce jeune millionnaire sorti de nulle part ne sont rien dans le monde de sa lointaine et évanescente amoureuse.

3 films solaires (2e partie): Du style

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d’enfant
Se balance avec la mollesse
D’un jeune éléphant,
Ton corps se penche et s’allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues sur l’eau
Baudelaire, Le serpent qui danse (Les fleurs du mal)

Le Roi des mondains, légèrement grisé, rentre chez lui au moment où les religieuses s’affairent, où les gens se lèvent et vont promener leur chien.

3 films solaires: La Grande Bellezza /The Bling Ring/The Great Gatsby (1e partie)

La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino (2013), The Bling Ring de Sofia Coppola (2012), et The Great Gatsby dans la version mythique de Jack Clayton (1974) sont trois films baignés de soleil et de lumière : Rome, Los Angeles, le bord de mer de Long Island, où ils sont tournés.