MARS

IMG_1347 - copie
Remise #2(2020)-CHAVANNES is CHAVANNES  ©DDHstudio 2020

ACTUALITÉS 

Nouveau !
De 2 à 5 (lectures)
La rubrique Portfolios
Zoom sur  et  sur…

Back on Instagram
Découvrez les images
de toutes nouvelles séries

 

RETROUVEZ :

Kitchen Shows#1, Paris (photographie)

Qu’est-ce que DDHstudio?

Qu’est-ce que studioH?

 

ET AUSSI

Jeux de superpositions

minimalmaximal

The Birds

Variations sur la Danaïde

Cache-cache au Luxembourg

A Love Project

Voyage sentimental

Constructions fauves et cubistes/ Abstractions

Vous me direz, d’Elisabeth Ballet

night house at daytime,
de Jean-Pascal Flavien

Certains

L’oeuvre qui respire

Célébration

Gerda Steiner&Jörg Lenzlinger

Immersion

Se perdre dans le paysage

L’apparition du paysage

Millefeuille

Quand je m’approche d’elle
elle est encore petite
mais sa réalité grandit

Verklärte Nacht,
d’Ann Teresa de Keersmaeker

Le coeur dissident

Trois films solaires

e, f, Fukushima, de Natacha Nisic

Tomorrow, 2 seconds later,
de Tim Eitel

Live from Somewhere,
de Tammy Rae Carland

Objets à l’état sauvage

Slow Burn

Sur Josephine Halvorson,
visible/invisible, la villa Médicis,
produire

Nouvelles abstractions aux Etats-Unis

Peindre à Los Angeles en 1966

Après « Artists who make pieces »

Abstraction, Words and the World

En tension

In motion 

Jules Olitski

sur James Rielly

L’art insouciant de la trace

Chloe Piene

Hôtels, hôtels

Scénographies

Boris Mikhailov

Permutations

Du style

Instants volés

Rain,
d’Ann Teresa de Keersmaeker

Pure Essence

Collections actives

L’oeuvre commence par la fin

 

 

 

de 2 à 5 (lectures enregistrées)

Deux ou cinq minutes pour écouter les propos d’un artiste, d’un auteur.
Je lis des textes, témoignages, conversations de ceux qui ont marqué l’histoire de la photographie, du cinéma, de la peinture,

Le feuilleton Vija Celmins

Retrouvez chaque mois, un extrait de Vija Celmins, Home is where the art is.

Introduction: L’objet sur la toile, Tension-Détente

Entretiens pour AbstractRoom

à l’occasion des expositions et de la parution des catalogues

Objets à l’état sauvage, peintures de Josephine Halvorson

Les peintures de Josephine Halvorson se focalisent sur quelques motifs et sujets ciblés : des portes et des éléments de construction repérés dans le périmètre de l’atelier et de la maison de l’artiste dans le Massachusetts. 

Piano Phase, de Steve Reich ou la musique comme processus graduel

Cette pièce de 1967 est composée d’une partition de départ de trente deux mesures sous-divisée en trois sections, chaque section reprenant un même motif de base. La première partie est la plus longue et complexe des trois, basée sur un motif de 12 notes. Pas évident (lors de la première écoute au moins) de prévoir les moments d’accélérations ou le retour à l’unisson, et même, d’entendre les changements tant ils sont graduels et semblent pleins du moment ou de la note qui les précède. (…) Ce n’est ni une reprise (comme dans Vexation d’Erik Satie), ni exactement lancinant comme un refrain, ni fluctuant comme des variations (comme dans Mad Rush / Metamorphosis de Philip Glass). Ce n’est pas juste une répétition du même, et la notion de répétition peut elle-même être discutée.

sur Toba Khedoori

Les dessins de Toba Khedoori n’ont rien de lyrique. Ils sont expansifs d’une autre manière, par le sujet représenté (les montagnes, les nuages, une série de portes)  par leur format (d’immenses feuilles rarement encadrées, un espace flottant et sûr), par la densité et la concentration du dessin (un tas de cailloux, des gradins suspendus dans le vide).
Débordants comme ce qui ne peut être contenu, ce qui se distend, se dilate. L’artiste cible ses sujets en les isolant au centre de la feuille: une corde et rien d’autre, une croix, une chaise, un morceau de mur, une maison, un feu de cheminée…

Everyday Abstraction: Images at Work [exposition, 2017]

Essai Par la fenêtre l’abstraction (vf) pour le catalogue  +  Catalogue complet (engl.version)

Everyday Abstraction 1: Images at work (peintures, photographies, films) explore les espaces mouvants de la représentation et souligne le rapport de l’abstraction au réel. En mai 2017, Espace Saint-Claude, Paris.

Avec: Dan Browne, Josephine Halvorson, Franz Ackermann, Dennis Loesch, Scott Hammen, Hannah Whitaker, Jacques Perconte, (…).

Georgia O’ K – peintures, impressions (1922-1924) / Dorothée DH – le moment où (2016)*

Depuis 1921, le couple Stieglitz-O’Keeffe passe ses étés au bord de Lake George dans les Adirondacks Mountains.

Après avoir lu la correspondance et les propos de Georgia O’Keeffe, j’ai eu envie de m’en inspirer et d’inventer un récit à la première personne, dont la narratrice serait O’Keeffe. En relisant ce texte trois ans après,

après Artists who make “pieces”

Au premier coup d’œil, Artists who make “pieces” de 1976 de l’artiste de Los Angeles Ed Ruscha se compose d’une phrase sur une surface neutre. D’une phrase qui se découpe sur un fond coloré dans des tons rose orangé. D’une phrase réalisée dans une police de caractère basique (Sans serif) à l’aide d’un pochoir en film acétate. Ce dessin est une phrase solide, claire dans la couleur vaporeuse, nuancée.

sur Gerda Steiner/ Jörg Lenzlinger

Texte pour le catalogue de l’exposition Aux extrémités de notre univers, musée de Valence: catalogue maintenant disponible!
Essai consultable ici VF+ENG

Portfolios

Cette rubrique présente et archive les portfolios au fil de leur création. Chaque portfolio correspond à un ensemble thématique, comprenant une ou plusieurs séries. Ce mois-ci, les numéros 1 et 2 présentent Chavannes (2015-2018) et      Trois Terrains de Jeu (2016-2018).

A few words… about my work

Du quotidien naissent les histoires

zoom sur: Volumes

1.IMG_1372

Volume #1, 2020; in Chavannes (2020)              ©DDHstudio. Tous droits réservés.

La série Chavannes commencée en 2015 présente les états successifs d’un lieu: la propriété à la campagne d’une famille de maçons, occupée de père
en fils et située à Chavannes dans l’Ain (France).
La partie récente (2020) regroupe
16 photographies.
Ici l’extrait Volumes: 4 images consacrées aux matériaux.

Gonzo d’un jour devient Instagram

Retrouvez désormais les images de séries en cours de réalisation ou hors série sur Instagram

IMG-9014

3 février 2020: Intérieurs, Roubaix (2019)

zoom sur: Le Grand Veneur

SKM_C45819101412590
Prairie #1 (La pente de la rêverie), 2018

La série raconte le voyage réalisé à deux reprises en 2018 et 2019 au parc du Grand Veneur (Essonne),
sur les traces de mon enfance. Hantée par des souvenirs dont je n’arrive pas à identifier la teneur,
je tente avec mon appareil photo de retrouver la mémoire dans ce parc où j’allais jouer avec mes amis.
Aménagé au 18e siècle par Jussieu puis le grand veneur du roi dans le goût de l’Antique et des rocailles, le parc est un ancien domaine de chasse.
La série (28 photographies) est présentée en trois parties dans un coffret en Buckram noir. Elle fait partie de l’ensemble DE L’OMBRE.

Kitchen Shows: photos, films et apéro #1

DDHstudio inaugure les Kitchen Shows, expositions en appartement avec un premier rendez-vous :

group show: Confusion Urbaine

8 photographies ont été sélectionnées par le commissaire Carlo Werner sur le thème de la ville. La série intitulée Baby Scratch est un voyage nocturne, allers et retours syncopés dans les sous-sols parisiens, Venise, Lausanne et ailleurs.

studioH

studioh-album

Hôtel (Gordes), 2011 ©DDHstudio 2019

Depuis 2019, DDHstudio développe une collaboration avec le studioH de JeanPhilippe Henry (composition, guitare, basse, piano, arrangements, mixage) pour la création de la bande-son de ses films photographiques.

Le parc

avec Majid Chick-Miloud

IMG_3030

Le parc (2018) est un des premiers films photographiques. Cette première version inspirée de Vexations d’Erik Satie présente une errance en boucle dans l’ambiance hivernale du parc Éole à Paris dans le 19e arrondissement. Une nouvelle version est en cours de création.

night house at daytime/ textes de nuit, de Jean-Pascal Flavien [commissariat d'exposition]

Jean Pascal Flavien, Black Sun

Jean-Pascal Flavien, blue sun, 2013 (courtesy Galerie Catherine Bastide)